Partagez | 
 

 Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
✧ Messages : 17
✧ Clan : Shadows Of Time
✧ Métier ou études : Voleur

MessageSujet: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Mar 10 Juin - 17:48



McAndrew Drake
featuring. Grimmjow Jaggerjack



Nom : McAndrew.
Prénom(s) : Drake.
Surnom : Trouves-en un et je te casse la gueule.
Âge : Vingt-deux ans.
Date de Naissance(Jour/Mois) : 06 Juin.
Sexe : Masculin.
Sexualité : Pansexuel.
Clan : Shadows Of Time
Origines : Originaire de Stemma.


Métier : Voleur.
Race : Panthère.
Lié ou non Lié : Non Lié.
Armes : Couteau de poche.
Aptitudes au combat : Doué en combat rapproché. Très habile avec un couteau.
Particularité(s) : Possède des oreilles et une queue félines qui se manifestent seulement sous le coup d'une émotion trop forte.


Tu sais le plus souvent c'est
le caractère
qui pousse les gens à se remettre en question

Donnez-lui une fucking couleur. Montrez-lui ce qu'il veut. Laissez-le partir. N'attrapez pas le vent.

Un sourire narquois. Le coin de ses lèvres qui se soulève dans une expression hautaine. Un regard qui suit le mouvement, dévoilant son regard qui ne montre rien d'autre qu'une forme d'amusement. Fait chier, ce félin a tout pour être énervant. Rien qu'à sa gueule de con, il est déjà insupportable. Il ne le sait que trop bien. Chacun de ses sourires n'expriment rien d'autre qu'un magnifique : « Tu t'es fait avoir mon gros. » et ça depuis le temps qu'il est là à braver le sol de ce monde. C'est marqué sur sa trogne aussi. Il transpire les emmerdes à plein nez. Il joue avec ce qu'il trouve sous la main jusqu'à s'en lasser, c'est pareil pour les sentiments.... C'est un nigaud de première classe. Il est incapable de voir quand une fille est « attirée » par lui, mais pour remarquer quand il y a une partie de jambe en l'air de l'autre côté de la rue, il est le premier arrivé et prévenu. C'est le plus grand des cons, mais cela devient trop bordélique, si on reprenait doucement ; par le début ce serait déjà assez bien.

C'est un idiot doublé d'un fétichisme envahissant à se battre contre plus fort que lui ou encore plus faible. Il s'amuse tout simplement à les voir ramper à ses pieds, à les voir s'enfuir la queue entre les jambes. Une partie de plaisir. Un jeu qu'il adore par-dessus tout. Si seulement ça ne pouvait pas cesser. Donc vous aurez compris... il sera toujours la cause d'une bonne rixe dans un bar ou dans la rue. Il sait très bien que c'est interdit, mais cela ne le gênera pour commencer et ensuite s'enfuir avant de se faire chopper. Après tout, si ça fout l'autre dans la merde il s'en fout. Rien de mieux que de provoquer quelqu'un pour passer ses nerf. Par contre si on le cherche, il répondra presque instantanément, même si on l'a bousculé, il agrippera le col de la pauvre créature et n'hésitera pas à frapper si la raison de ce bousculement n'est pas suffisante pour lui. Est-ce sa faute s'il est un peu nœud-nœud dans sa tête ? À ne pas le comparer à un crétin baveux devant un marshmallow, c'est encore un peu loin de ce stade.

A t-on déjà dit que fainéant et vulgaire c'est très proche ? Eh bien maintenant vous le savez. Si on embête un chat pendant sa toilette, il vous lance un regard sombre. Si on réveille un chat pendant sa sieste, on se prend un étirement et une grimace magnifique. Si on joue trop avec, on finit par se faire griffer. Alors si j'étais à votre place j'éviterai tout ça, pour votre propre sécurité. La flemme de bouger. La flemme de soulever ses paupières alors qu'il dort. La flemme de faire tels ou telles corvées. La flemme d'aller chercher de quoi se nourrir... inutile de le repréciser, non ? Il est paresseux au point qu'il en devient un cas désespéré. En plus de ça, c'est une mauvaise langue... et oui, il faut qu'en plus il rajoute dans ses défauts celui d'être une langue de vipère. La vulgarité est innée chez lui. Insulter est naturel pour lui, c'est comme respirer. Quelque chose ne lui va pas ? Il répondra rapidement par un « Va te faire foutre. » ou d'autres grossièretés plus imagées. Il n'est pas très recommandé de traîner avec lui... car c'est contagieux. Mais revenons-en au fait que si parfois il insulte dans sa plus grande flegme, il se lèvera dans les vingt derniers pour-cents pour faire ce qu'on lui demande ou bien ce que son envie du moment réclame, c'est fou ça ?

Lorsqu'on ouvre une nouvelle boîte dans un coin de son être, on remarque plusieurs cubes emboîtés. Lesquels ? Ceux-là : Cruel, Brusque, Spontané, Sex Addict. C'est assez problématique, car les quatre ont un lien très... attractif. Oui c'est cela. Un lien qui fait que souvent, malgré ça, on peut revenir -ou pas- vers lui. C'est un mignon chaton qui ne s'assume pas comme tel. Il se voit comme le plus grand des prédateurs. Fierté oblige, mais ce n'est pas pour tout de suite cette partie. Il se voit comme un gros félin et donc selon sa logique... un félin a des besoins. Ce con est totalement accro au faite de vouloir ramener quelque chose dans son pieu. J'ai bien dit « quelque chose » car il s'en fout, il n'a pas de préférence ; ça peut-être un humain comme un hybride, il lui en faut peu pour être heureux. Aucune préférence, mais des goûts de luxe. Ça il ne le démentira pas. Toutefois, chacune de ses conquêtes ont déclaré que ce minet était taré ou encore trop brusque ou cruel, qu'il n'avait pas la délicatesse d'un homme romantique et encore moins l'intelligence de se faire patient. Il n'est pas comme ces pigeons qui tournent autour de leur belle en bombant le torse pour les attirés et encore moins pour être sûr qu'elles resteront avec eux pendant l'acte. C'est un matou, un vrai. Il prend ce qu'il veut, quand il veut et où il veut. Le rapport avec tout ça ? Il est pourtant clair, non ? Il n'a pas de pitié et encore moins de sentiments pour ce qui est de tout ça et ça correspond même en-dehors de la « chose », au contraire, il vaut mieux se dire que ça ne va pas qu'à « ça » car vous risquerez d'être très surpris.

Le reste de sa petite personne se recoupe en d'autres minuscules casiers : Asocial, Fier, Fidèle, Méfiant, Maladroit avec les sentiments. C'est idiot, non ? Tout ça montre ses propres faiblesses. Il est fier comme un paon au point de détester qu'on le contredise ou qu'on le rabaisse. C'est qu'un pauvre minet qui n'attend qu'une chose : montrer qu'il est capable de faire les choses par ses propres moyens. Lui et les humains ? Ouuuh... mauvaise combinaison de carte. Il les déteste. Il les hait. Il peut même vomir de dégoût rien qu'en touchant un de ces bipède. Sa colère contre eux est légitime et il n'hésite pas à le faire savoir, d'où son côté d'asocial et méfiant. Sous ses grands airs de roi de la cambrousse, il est aussi apeuré qu'un nouveau né. Il les hait, les déteste, mais il en a aussi peur. Il n'a pas besoin d'expliquer ce rejet, mais cette peur amène à l'agressivité, qui elle-même amène à une explosion d'émotion qui le montre aux yeux de tous comment il est réellement. Fidèle ? Maladroit sentimental ? C'est drôle, car il est maladroit pour toutes les personnes, mais encore plus lorsqu'il éprouve un tant soit peu d'émotion pour quelqu'un. Il sourit, plaisante, mais est aussi le pire des gaffeurs à blesser les gens ou encore à les éloigner de sa personne. Ainsi est-il : complète contradiction avec sa nature. Un contraste assez complexe. Fidèle alors qu'il est une panthère solitaire. Cela fait de lui un paria, non ?

Bonne chance petite boule de poil bleue.



Pourquoi rechignes-tu
ton passé
alors qu'il ne changera sûrement jamais ?


« Dans l'océan de mes larmes je me noie.
Les vents hurlants tordent mon mât
Et mes envies s'épaississent avec chaque drachme.

Bienvenue, mon rivage
Bienvenue, vague silencieuse
Dans l'océan de mes larmes je me noie.
 »

Eluveitie - Voveso in mori -

Après un coup d’œil vers la lune argenté, le coin de ses lèvres narquoises se soulève pour laisser un semblant de nostalgie les déformer. Une teinture nuancée entre la lumière et l'ombre. Entre le blanc et le noir. Rien ne pouvait encore mieux le définir que l'éclat de cette lune. En ce moment même c'était une lueur qui lui chatouillait délicatement la joue. Cette lueur de nostalgie qui le prend à bras le corps. Cette luminescence qui le garde dans une sérénité tout ce qu'il y a de plus solennelle. Son séant sur le bord d'un toit, les jambes dans le vide, il observait avec attention la noirceur béante de ce monde incroyable. Le cheminement du destin l'a amené vers cette scène ici présente. Vers ce lieu qu'est Veritàs. Rapidement son sourire se peint d'une manière malsaine. Ses dents se dévoilent, son sourire s'étire dans cette grimace qui est devenue caractéristique à sa personne. C'est grâce à sa force d'esprit et physique qu'il en est là... il aurait pu s'éviter un pareil destin s'il était plus fort... s'il avait été plus fort. Un rire vient accompagner la nuit sur ce toit.

***

Les montagnes de Stemma sont magnifiques, sont imposantes, sont incroyables. Aucune autres ne rivalisent avec elles ! Un sourire franc et heureux se peint sur le visage de ce garçon aux yeux aussi bleu que l'océan. Une main ébouriffe avec franchise sa chevelure d'azur, il est heureux, tellement qu'il en tire la langue, paupières closes. Un sentiment de bien être l'envahit, le parcourt avec frénésie. Il est heureux. Il ne tient plus en place. Quel âge a t-il pour sa première sortie loin de son village. Sa première excursion en compagnie de cette main rugueuse qui se pose de temps à autres sur sa tête. Son premier voyage dans ces montagnes. Cette joie est contagieuse, elle déteint sur son accompagnateur. Son géniteur l'observe d'un regard doux. Son fils ressemble de plus en plus à sa mère, malgré cette tête de con qu'il tire trop souvent à son goût, mais qui a le don de faire rire sa compagne. Elle le couve trop. Il le chérit trop. Tous deux sont en tort, mais comment leur en vouloir ? Ils n'ont qu'un enfant, ils déversent leur amour sur lui. C'est à l'âge de six ans qu'ils ont enfin accepté son caprice de lui montrer autre chose que les quatre murs de leur habitat.  Tout était beau, tout était plus grand. Le sourire qu'il arbore est un baume au cœur, il ne cesse de rendre heureux les gens autours. Son petit corps se tourne vers son père, il l'observe....

Ce sourire sur ses lèvres s'effacent petit à petit. Le coin de ses lèvres s'affaisse. La ligne de son sourire se fait inexistante. Son regard est voilé par la lassitude. Sa joue est couverte de poussière. Son front entaillé par une quelconque chute. Son cou enchaîné. Ses poignets liés. Ses chevilles entravées. Les images ont bien vite fait de déchanter. Tout s'est brouillé rapidement pour laisser place à cette vision grotesque qui lui apparaît maintenant. Ses iris si bleu, si brillant de malice sont devenus des pierres sans éclats. La vie a perdu son sens dans ce corps trop jeune. Ses doigts bougent légèrement dans un soubresaut injustifié. Les chaînes répondent à l'appel en cliquetant de tout leur poids. Le bleuet penche la tête de côté, elle est devenu si lourde à porter. Il se souvient de tout. Il n'a pas pu réagir. Il n'a pas eu la force requise pour aider. Il se dit misérable et lâche. Il revoit devant ses iris fatigués : la scène qui a fait de lui cet être amorphe, il revoit la colère de ce père qui n'hésite pas à attaquer sans faire attention à sa propre sécurité. Il revoit quelques instant plus tôt la surprise dans les yeux de cette même personne. Il revoir la détresse dans les yeux de sa mère lorsqu'elle voit son garçon courir vers elle. Il revoit cette expression de peur gravé sur ce visage aux iris sans vie. Il revoit le corps de sa génitrice qui baigne dans ce liquide vermeil... mais ce qu'il ne voit pas... ce sont les corps et les liens qui viennent enlacer avec force son cou, ses poignets et sa taille. Il n'avait pas crié. Il n'avait pas cherché à se libérer. Il n'avait fait que verser des larmes pour cette femme qui lui avait donné la vie. Tel le chaton attristé qu'il était, il se laissa manipuler jusqu'à cette ville sombre. Il se laissa mener vers la fatalité de son destin. C'est bien fatigué qu'il relève la tête au son du marteau qui frappe une caisse de bois. C'est bien las qu'il observe les visages inconnus devant lui. Les voix chuchotent quand il est appelé à s'avancer. Le brouhaha se fait plus bruyant lorsqu'il soulève un pied pour le poser plus loin, son confrère, son autre membre, faisant de même, jusqu'à apparaître au bord de ce qu'il semblait être une estrade. Ses paupières closent ses yeux. Il ne montre rien. Il est impassible, mais maintenant il les soulève, leur dévoilant un regard zéphyrien. Les murmures se font plus empressés. Dans un nouveau soubresaut son appendice sursaute et décrit des vagues à côté de lui. Nouveaux murmures. Le marteau frappe la caisse pour amener le silence. Il est faible. Il est lâche. Ces mots envahissent son esprit comme une drogue récurrente. Comme des coups rythmés, les mots frappent son esprit. Cela voulait-il dire qu'il devait agir ? Son esprit est embrumé par ces coups dans son crâne. Pourtant il avait finit par comprendre.

Les hurlements. Les bruits de bagarre. Les incitations à ne pas s'enfuir. L'énonciation de la loi.

Il n'était pas faible. Il n'était pas lâche. C'est là l'erreur qu'il comprit... se laisser attraper et ne rien faire était sûrement une honte bien plus horrible envers ses parents qu'il ne l'aurait imaginé. La pièce était devenue une ode à la destruction, le seul moyen pour lui de retrouver sa liberté et de s'enfuir sans être à nouveau entre leurs griffes.

Il court. La jeune panthère court pour échapper à son futur. Son sourire s'étira à nouveau, renaissant de ses cendres, il s'agrandit au fur et à mesure qu'il prend lui-même conscience qu'il n'était pas sans défense. Les chaînes sont de cruelles amantes d'un soir. Il est obligé de trouver leurs cœurs dissociés pour s'échapper. Il entreprend de fouiller les poches. Il fait attention, il essaie d'être le plus logique. Libéré, il fuit loin de cet endroit. Libre, il vagabonde dans les rues de cette ville. Survivre. Apprendre parmi les autres errants. Il observe. Il apprend. Il comprend. Le monde est plus néfaste qu'il le pensait. Il fuit les humains, les blesse, les rejette. Il n'hésite pas une seconde à leur montrer sa colère qu'il apprend à attiser au file des ans.

Six ans défilent devant ses yeux. Aux yeux de beaucoup ce n'est qu'un vagabond, un gamin, un chapardeur. Aux yeux des marchands ce n'est qu'un vulgaire voleur. Aux yeux des autres ce n'est qu'une nuisance. Il est tout ça à la fois, mais il est plus aussi. Avec l'âge, il a appris à se cacher, à montrer aux autres ce qu'ils veulent voir : un simple enfant inoffensif. C'est à cet âge-là qu'il a vu des humains venant de « l'autre côté » arriver. La curiosité est un vilain défaut, mais jeter un œil n'est pas déconseillé, non ? Ils sont plus violents. Au fur et à mesure du temps qui passe, ce sentiment se confirme, ils sont pire que ceux déjà présent. Ils sont tous assoiffés de pouvoir, de richesse. Il faut fuir. Son instinct lui dit de fuir. Fiducia est devenu sa maison. Il commet ses crimes dans cet endroit. Il vole. Il agresse. Il se fait de l'argent sur le dos de bon nombre d'innocents, mais rien ne l'empêche de commettre ses crimes. Il vit simplement. Il ne s'attache à rien, vivant de ses larcins, mais l'argent devient manquant. Il lui en faut toujours plus, il lui faut de quoi vivre s'il se passe quelque chose. C'est ainsi qu'il fonctionne. Il veut quelque chose, il fera tout pour l'obtenir, c'est pareil pour l'argent. Il se cache dans les ruelles sombres,fait glisser sa main sur les courbes chaleureuses d'une femme pour lui soutirer dans son sac ce qu'il cherche avant de disparaître. C'est ainsi qu'il fonctionne. Ainsi qu'il vit. Toutefois, depuis peu son attention est attirée par autre chose. Il a conclu un pacte avec le Diable. Il accepte tout de Satan. Il ne refuse aucun des contrats de ce Daemon. Il devient sa marionnette. Il obéit aux conditions. Au fond, ce n'est qu'un misérable humain qui se prend pour le Roi des enfers, mais il paie bien. C'est ainsi qu'il a commencé à travailler pour ce personnage : pour Valentine Dorian Azaël. Il est devenu son chien-chien à tout faire, mais tant qu'il lui refile ce qu'il veut, il s'en fout. Ça le change des petits larcins, ça le change tout court. Il pensait continuer là-dedans, mais chacune des missions étaient de plus en plus sombres et odieuse. De plus en plus souvent, il se retrouvait couvert de liquide vermeil. Sa parole de ne jamais côtoyer un humain est bafouée pour de l'argent. Que son employeur veille au grain car un jour il sera là.... Oui, là, le jour de sa chute, le jour où il lui arrachera la trachée, le jour où il pourra se délecter de son regard horrifié. Il sera là... oui là le petit chaton inoffensif comme il aime si bien le dire....

***

C'est en souriant toujours qu'il se rappelle de ça. Sa mission était terminée. Il pouvait quitter cette ville, là où il avait faillit être vendu pour retourner auprès de ce bipède pour encaisser sa paie. C'était de bon souvenirs, et franchement il ne s'en plaignait plus maintenant. Il n'avait rien qui manquait, c'était ce qui lui suffisait. Alors autant continuer sur cette voie, jusqu'à s'en lasser.


Seul toi sais qui tu es vraiment
et ta forme animale
tu l'aimes comme tu la déteste

La musique enveloppe son être. Elle murmure. Elle psalmodie. Tout ça sous un tempo rythmé.
Zektbach – Wenkamui -

Un sourire ravageur. Un regard perçant. Des mains fines et osseuses sans pour autant être laide, ce sont de vrais mains de travailleur, rugueuses avec de bons appuies. Son corps en lui-même est façonné de manière à pouvoir démontrer une puissance typiquement animale. Une endurance, agilité, force, dextérité qui lui permet de fuir ou de faire correctement la tâche qu'on lui donne. Toutes ces caractéristiques rassemblées dans un corps fin, élancé et musculeux. Poitrail développé de manière à dévoiler la musculature de son torse, soulignant les changements de son corps avec une certaine finesse. Rien n'est laissé au hasard, des trapèzes qui enlacent son cou large, ses abdominaux qui tracent les lignes de ses aines, faisant ressortir ses hanches. Tout cela pour mettre en évidence sa musculature, mais aussi sa taille qui avoisine les un mètre quatre-vingt six. Ses vêtements sont dans les teintes claires, mais très peu dans le sombres, il préfère le blanc au noir. Ses goûts sont pourtant variés, mais il reste dans la simplicité pour ses mouvements. Cette moitié de masque qui lui recouvre la joue est-il peut-être la seule dose de fantaisie qu'il s'autorise ? Qui sait ?

Son visage plutôt anguleux laisse transparaître des traits durs et prononcés qui dévoile un avant-goût de son caractère. Sa peau plutôt halé laissé penser à des moment de détente sous le soleil. Son sourire laisse apparaître des lèvres fines surmontées par un nez fin et long qui se plaît à se froncer lorsqu'il sourit ou que l'émotion est vive. Une expression qui ne veut rien dire s'il n'y a pas un regard pour l'animer. Des yeux en amandes qui sont d'un bleu céruléen et soulignés par des marques de la même couleur. Un regard félidé qui n'hésite par à percer son interlocuteur par sa couleur dérangeante. De fins sourcils sont là pour exprimer ses émotions avec plus d'images. Sa chevelure comme ses sourcils sont de la même couleur que ses yeux. Naturelle ? Tout autant que ses iris. Chevelure ébouriffée, rebelle et courte, laissant des mèches frivoles se déposer ici et là devant son visage avec une véhémence digne du plus grand connard qui existe... elle désigne pourtant son état actuel.... C'est incroyable comment on peut prévoir le caractère d'une bête rien que par son physique, d'autres seraient masqués et cachés, mais pas lui ; c'est visible.

Cicatrices, blessures. De nombreuses traces le couvrent entièrement par certains endroits. Il ressemble à s'y méprendre à un humain, mais ce n'est pas le cas. Sous l'impulsion d'une émotion aussi vive que la colère, il devient ce qu'il est réellement au fond de lui. Ses appendices de félidés deviennent visibles. Longue colonne vertébrale en guise de queue qui se balance à droite comme à gauche. Des oreilles se soulèvent et deviennent attentives. Ses pupilles rondes se permettent de devenir étroites et de se transformer en fentes verticales dans ce fond céruléen. Ses crocs deviennent une arme dangereuse. Son sourire en est encore plus malsain, mais c'est ce qui fait de lui un félin taquin et joueur. Jouer avec sa nourriture est amusant selon lui.

Pauvre petit chaton qui n'a rien comprit à la vie.


L'imbécile derrière l'écran. Oui, vous. °°

Ton pseudo. JuneArtifice.
Ton âge. Vingt ans.
Fille ou garçon ? Fille.
Comment tu nous as découvert ? Partenariat ~
Et le règlement, tu l'as lu ? Yup !
Alors prouve-le. C'est quoi le code ? Code validé par Quatre
Tu veux rajouter un p'tit truc ? Je l'avais dit je me jetterais dessus u_u
Codes © Mannah for Crisis rpg only.




Dernière édition par Drake McAndrew le Jeu 12 Juin - 12:50, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✧ Messages : 66
✧ Clan : Shadows Of Time
✧ Métier ou études : Réceptionniste au bordel Petyryon et prostitué quand on y met le prix.

MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Mar 10 Juin - 18:38

Tu as craqué finalement   
Un gigantesque bienvenue pour être arrivé avec mon petit Drake, je suis contente que ce scénario plaise :D Je veux un lien avec   
Bref, bon courage pour ta fiche et si tu as des questions, n'hésite pas à me mpotter !

_________________
Δ I'M GOING TO DROP THE BOMB
never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✧ Messages : 37
✧ Clan : Light of Sky
✧ Métier ou études : Mercenaire ; Chasseuse d'hybride

MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Mar 10 Juin - 21:13

Bienvenue à toi, petite panthère ~
Un début de fiche très prometteur, j'ai hâte de lire la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lümëame
« La Lumière Floue des contes »
avatar
✧ Messages : 29
✧ Clan : Light of sky
✧ Métier ou études : Scribe et conteuse itinérante

MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Mer 11 Juin - 11:49

Hiii un chaton ! Bleu en plus ! Avec une super fiche pour ne rien gâcher ! C'est bien cool tout ça ^^
Ça donne vraiment envie de lire la suite   (Voui, c’était une réaction d’hystérie totale. M'en fou, t'avait qu'à pas comparer avec un chaton )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
✧ Messages : 17
✧ Clan : Shadows Of Time
✧ Métier ou études : Voleur

MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Jeu 12 Juin - 12:54

Merci pour vos accueils !

Oui j'ai craqué xD Et okay pour le lien =D

Thanks à vous trois, ça remet fait plaisir et surtout ça motive !

Mais je viens là pour dire que j'ai terminé et que oui.... mon histoire paraîtra assez bâclé car, j'ai essayé de laisser une fin ouverte pour ne pas trop pénaliser la personne qui prendra Valentine ~

Donc voilà ! Bonne lecture ! SI ça va pas, je suis désolée, je corrigerais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
« Administration de Crisis »
avatar
✧ Messages : 99


MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   Jeu 12 Juin - 13:32

Ça me parait très bien, j'ai rien d'autre à redire :D Le personnage est bien approfondi et reprend malgré tout le scénario. Bref, j'adore et je valide même s'il y a quelques petites fautes (mais rien de grave, ne t'en fais pas ^^ ) ! - Quatre



Félicitation
tu es désormais  validé(e)


Félicitation jeune padawan, tu es désormais validé(e) ! Maintenant que tu as accompli la dure tâche qu'était de remplir ta fiche, tu vas pouvoir te rendre ici pour te faire quelques amis. Si tu ne veux pas dormir dans la rue, je te conseille également de te rendre pour remplir un formulaire et obtenir un logement. De même si tu veux un joli rang sous ton pseudo, tu peux venir en réclamer un à cet endroit. Il se peut aussi que aies besoin d'un lien important par la suite alors nous te proposons de créer un petit scénario pour ton personnage à cet endroit.

Si tu n'as pas bien saisi l'univers de Crisis, tu peux également envoyer un mp aux membres du staff pour leur poser une question ou tout simplement aller lire quelques informations dans la section règle et contexte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crisiseternity.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une envie de faire mes griffes sur quelqu'un ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Envie de faire une bonne action?
» On recherche quelqu'un pour la couverture
» vous voulez attaquer quelqu un mais vous ne savait pas comment faire alors demandez moi.
» macbook + livebox + nabazatag/tag, que faire ??
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ✩ Gestion du personnage 十 :: Passeport inter-dimensionnel :: • Passeports approuvés-